Comment travailler sans travailler le lundi de Pentecôte

Publié le par Karim Lakjaâ

Comment respecter la loi imposant la désormais fameuse "journée de solidarité en faveur des personnes âgées et dépendantes" , fixée au lundi de Pentecôte, tout en évitant la grogne sociale ? Jean-Louis Schneiter, le maire (divers droite) de Reims, vient de trouver une solution originale.

Confronté à trois préavis de grève déposés par la CGT, SUD et FO le 16 mai, M. Schneiter a décidé de maintenir la mairie ouverte, ce qui, formellement, conduit à la suppression du jour férié. Mais, dans le même temps, il accordera une journée de compensation exceptionnelle à son personnel le lundi de Pentecôte, sauf nécessité absolue de service. Cela, a-t-il expliqué aux syndicats mardi 3 mai, pour remercier les agents des efforts fournis en vue de la célébration, samedi 7 mai, du soixantième anniversaire de la reddition allemande à Reims.

"Le maire a rappelé qu'il était légaliste, mais qu'il n'était pas sûr que cette loi perdurerait" , relatent l'Ugict-CGT (encadrement), la CGT et FO dans leur tract commun. "C'est une journée de compensation en lieu et place du lundi de Pentecôte, à prendre éventuellement le lundi de Pentecôte" , s'amuse Karim Lakjaa, secrétaire général de SUD-mairie de Reims.

Pour certains syndicalistes, le caractère un peu ubuesque de cette proposition a une autre explication - ­ plus politique. "La solution proposée par le maire lui permet de ne pas désavouer le gouvernement au moment même où Jean-Pierre Raffarin vient à Reims pour les commémorations du 7 mai, tout en prenant acte de la grogne du personnel" , explique M. Lakjaa.

Interrogé mercredi par Le Monde, M. Schneiter a été ferme : "Moi, j'applique la loi. Nous sommes dans un pays de droit. Je ne veux pas de chienlit." Et de préciser : "Tout cela est d'une très grande simplicité. A partir du moment où la mairie est ouverte, et donc où j'ai un retrait des préavis de grève, j'applique cette journée de compensation exceptionnelle le lundi de Pentecôte."

Le maire et les syndicats doivent se revoir le 9 mai. La CGT et FO ont annoncé le retrait de leur préavis. Quant au syndicat SUD, qui indique être couvert par un préavis national, son tract diffusé mercredi invitait le personnel "à prendre sa journée de compensation le 16 mai" et "à venir manifester" avec les fonctionnaires et salariés "privés injustement" ... du lundi de Pentecôte.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2005/05/06/comment-travailler-sans-travailler-le-lundi-de-pentecote_646817_3224.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :