Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

"Il ne s'agit pas tant de faire lire le lecteur que de le faire penser", Montesquieu

Recherche

Sur Le Net

 

Bagdad Mai 2002

5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 23:00
  
 
 
bises
Il y a 21 ans, l’Iraq envahissait le Koweït. Au terme de la guerre du Golfe, Bagdad se vit infliger un processus de désarmement balistique, biologique et  nucléaire sans précédent. Sous l’impulsion du Conseil de sécurité, l’AIEA, l’UNSCOM puis la COCOVINU furent chargées de la mise en œuvre de ce mécanisme complété par des sanctions économiques et financières meurtrières pour la population iraquienne. Parallèlement, plusieurs Etats imposèrent  à l’Iraq une coercition militaire permanente et s’immiscèrent dans ses affaires intérieures, avec pour point d’orgue l’invasion de 2003.
 

Ces faits, je les ai placés sous l’emprise du Droit international à travers une analyse critique du régime juridique du désarmement balistique, biologique et nucléaire de l’Iraq constitué d’éléments ad hoc (une centaine de résolutions du Conseil de sécurité et des actes unilatéraux d’Etat) et d’éléments préexistants (Traités, Conventions, Accords internationaux).

 

De ce travail sur des textes, réalisé selon les méthodes des juristes publicistes internationalistes, il est ressorti une thèse de près de 700 pages nourrie également par plusieurs missions sur le terrain en Iraq et des rencontres avec Tarek Aziz, Maurizio Zifferero (AIEA), Scott Ritter (UNSCOM), David Kyd (AIEA), Eric Falt (UNOCHI) Ramsey Clarck (Ancien ministre américain).

 

Tout long de ma réflexion, j'ai témoigné de l’espèce iraquienne à travers des articles publiés dans la Revue Militaire Suisse, Damoclès (CDRPC de Lyon), Jeune Afrique, le Quotidien d’Oran, l’Atlas Stratégique Alternatif, mais aussi l’émission de radio « les  enjeux internationaux » de France Culture (Thierry Garcin) et le Réseau International de Solidarité avec les chercheurs Irakiens pour la Paix et les Recherches Interdisciplinaires initié par le Geneva International Peace Research Institue (GIPRI).

 

Le Jury qui s’est attaché à examiner la pertinence scientifique de ce doctorat était composé d’éminents professeurs rémois: Albert Bourgi et Pierre Weiss. Il comprend également de hautes personnalités comme Rafaâ Ben Achour (Professeur à la Faculté des Sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis, Membre de la Commission de l'Union africaine pour le Droit international), Robert Charvin (Doyen honoraire de la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Nice).

 

Le Jury m'a attribué la mention très honorable et a autorisé la publication de mon travail. 

 

Au demeurant, la problématique posée par cette thèse est également tournée vers l’avenir notamment vers les espèces proliférantes que constituent l’Iran, la Corée du Nord, Israël et l’existence d’un arsenal nucléaire hérité de la guerre froide.

 

Karim.farouk.lakjaa@gmail.com   

 

 

Toutes nos félicitations au Professeur Rafaâ Ben Achour qui vient d'être nommé ministre au sein de l'actuel gouvernement tunisien.