Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

 

"Il ne s'agit pas tant de faire lire le lecteur que de le faire penser", Montesquieu

Recherche

Sur Le Net

 

Bagdad Mai 2002

4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 23:02
Fascisme et dictature de Nicos poulantzas

Fascisme et Dictature

Le fascisme est-il l'expression de la domination de la haute bourgeoisie ? la revanche de la classe moyenne ? une forme de désespoir ouvrier ? Nicos Poulantzas propose une analyse marxiste du fascisme considéré comme une forme spécifique de l'état d'exception dans une société capitaliste. Il s'appuie pour cela sur les deux exemples de l'Italie mussolinienne et de l'Allemagne hitlérienne. Son ouvrage apporte un éclairage original à l'un des problèmes les plus difficiles que soulève l'étude du fas...

Le fascisme est-il l'expression de la domination de la haute bourgeoisie ? la revanche de la classe moyenne ? une forme de désespoir ouvrier ? Nicos Poulantzas propose une analyse marxiste du fascisme considéré comme une forme spécifique de l'état d'exception dans une société capitaliste. Il s'appuie pour cela sur les deux exemples de l'Italie mussolinienne et de l'Allemagne hitlérienne. Son ouvrage apporte un éclairage original à l'un des problèmes les plus difficiles que soulève l'étude du fascisme : le rôle des diverses classes sociales dans une telle formation politique.

 

Maspero 1974

3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 12:34
La question du pouvoir en Algérie, Abdelkader Yefsah

Abdelkader Yefsah étudie le processus de confiscation du pouvoir en Algérie par le FLN, un parti issu de la lutte pour l’indépendance.

Il en analyse les caractéristiques : avant-garde autoproclamée, dogme de l’unanimisme, « politique des coulisses » , etc., et surtout l’absence de projet de société, culturel et politique, menant à un ultranationalisme arabe qui fait fi de la diversité ethnique de la nation algérienne.

L’auteur se penche aussi sur la constitution des bourgeoisies nationales, privée ou d’Etat, et ses relations avec les choix politiques et économiques de l’Algérie.

 

1990, éditions ENAP, Algérie

Réédition du livre d’Abdelkader Yefsah, Histoire Politique de l’Algérie (1954-1984) chez Enag Editions. Cet ouvrage, s’avère être une véritable mine d’informations, qui fera le bonheur de tout chercheur, enseignant, étudiant ou tout esprit désireux de comprendre les racines du mal qui mine cette Algérie.

Paru initialement chez Enap Editions en 1990 (organisme d’Etat), année bouillonnante et riche en évènements, dans cette Algérie qui se cherchait dans la violence.

Par "chance", il fut édité en cette année où le pouvoir, dépassé par les évènements, avait peut-être omis de lancer les fourches caudines de la censure… Aux moments où ses gardiens du temple paraient au plus urgent.

Mais très vite épuisé, pour ceux qui l’ont raté, ce livre est à lire à plus d’un titre, pour la justesse de l’analyse, la rigueur de la recherche, et la richesse de son contenu.
Initialement intitulé «la question du Pouvoir en Algérie», on peut regretter ce changement, car cet ouvrage aurait dû garder son titre initial plus approprié au sujet traité…mais bon! Les temps changent et le régime revigoré, est plus vigilant qu’à l’époque.
Cet ouvrage, s’avère être une véritable mine d’informations, qui fera le bonheur de tout chercheur, enseignant, étudiant ou tout esprit désireux de comprendre les racines du mal qui mine cette Algérie.
Abdelkader Yefsah, chercheur, enseignant en sciences politiques, a su restituer de son travail de fourmi, une analyse et une prospective riches et pertinentes.
Dans un style clair et sans fioritures, l’auteur nous livrait sans aucune autocensure ni langue de bois, une analyse édifiante des mécanismes institutionnels et des événements politiques qui expliquent la stagnation, sinon la régression de l’Algérie d’aujourd’hui sur tous les plans.

Dans 480 pages, l’auteur passe au crible l’histoire politique et sociale de l’Algérie de 1954 à 1984, sans concessions ni aprioris, à l’image de sa franchise dans la vie.
Depuis la genèse du nationalisme algérien, puis l’indépendance avec le FLN et l’armée au pouvoir, jusqu'à l’émergence de l’état nation embryonnaire sous Boumediene, très vite brouillés par l’intrusion d’autres forces politiques, religieuses et économiques, l’ouvrage nous donne les clés de la genèse du mal .
Son analyse est implacable, alors que le diagnostic s’est vérifié, et se confirme encore sous nos yeux, soit 25 ans après. L’Algérie n’est pas un "Etat", c’est un "Régime" qui se maintient par la force et la ruse.
Les institutions sont passées à la loupe, à l’aune des guerres de clans pour le pouvoir (qui ont provoqué la décennie noire)… qui perdurent jusqu’à présent, plus virulentes que jamais.
Ce livre, s’avère non seulement un bon rétroviseur sur le passé, mais aussi un outil utile pour analyser le présent et appréhender l’avenir.
Un livre à lire, à posséder, et à ne prêter que parcimonieusement.

S.Ouidir

P.S. D’après l’éditeur de l’époque, les premiers exemplaires vendus, ont été commandé par l’ambassade des USA et de la Sécurité Militaire (mère du DRS et grand-mère de l’actuelle DSS)

4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 20:20
Du colonialisme en Asie, Inde, Perse, Afghanistan, Karl Marx et Friedrich Engels

Rares sont les auteurs, et plus encore les philosophes, qui ont consacré quelques pages de réflexion et d'analyse à l'Asie centrale au XIXe siècle. Rédigés dans les années 1850, les articles " anticolonialistes " de Friedrich Engels et de Kart Marx exposent les manœuvres britanniques pour s'imposer en Inde, les luttes d'influence entre la Russie, la Perse (l'Iran), les Français et les Anglais, et rapportent la guerre britannique de 1838-1842 en Afghanistan. Alors, toute lecture marxiste est-elle dépassée ? Non, la force de leurs analyses géostratégiques, où se dessine déjà le marxisme sous le propos journalistique, reste, hélas, d'une exceptionnelle actualité.

En 1857, Engels soulignait que « la position géographique de l'Afghanistan et le caractère particulier de son peuple confèrent à ce pays une importance politique qui peut difficilement être surestimée. » Une lecture marxiste des événements présents est-elle encore possible ? Edition présentée par Gérard Filoche

 

Du colonialisme en Asie - Inde, Perse, Afghanistan

Auteur :
Editeur (Livre) :
Collection :LA PETITE COLLECTION
Date sortie / parution :
EAN commerce :9782842056346
Dimensions :15.00x10.50x1.00
Poids (gr) :70
Nombre de pages :111
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 12:58
Marcuse, par André Nicolas

Biographie et analyse de la pensée d'Herbert Marcuse par André Nicolas.

1970 - Editions Seghers

Herbert Marcuse, né le à Berlin et mort le à Starnberg (Bavière), est un philosophe, sociologue marxiste, américain d'origine allemande, membre de l'École de Francfort avec Theodor Adorno et Max Horkheimer.

  • Contrairement à Freud, qui voyait dans le principe de réalité la nécessité de la sublimation répressive des désirs, Marcuse – à la suite de la lecture de Marx – dénonce l'inhumanité du principe de réalité répressif, qui n'est autre que le principe de réalité de la société en place. Il préconise, au contraire, l'éclosion des désirs, la transformation de la sexualité en Eros, l'abolition du travail aliéné et l'avènement d'une science et d'une technique nouvelles, qui seront au service de l'être humain. Il ne remet pas en question l'essentiel des théories freudiennes, il les complète, plutôt, en les adaptant à son temps et en les libérant d'une conception bourgeoise de la société pour les rendre émancipatrices et véritablement universelles. En revanche, il critique le révisionnisme néo-freudien, qui tend à édulcorer le caractère subversif des découvertes de Freud. Marcuse va néanmoins beaucoup plus loin que Freud lorsqu'il tente de penser une « sublimation non répressive ». Marcuse est important pour les mouvements écologistes aujourd'hui, car il fut l'un des rares à penser qu'une société non-répressive impliquait aussi un changement dans les techniques, là où Marx pensait qu'un changement dans les rapports de production était suffisant.
  • La répression du désir inhérente à toute culture (par le principe de réalité soumis aux exigences sociales [6]) est allée au-delà du nécessaire pour répondre à de faux besoins (principe de rendement, faux rêves de la publicité). Elle engendre une sur-répression qui réveille, accumule et détourne la destructivité des hommes, et donne ainsi au principe de Nirvana une dimension mortifère, qui menace l'humanité tout entière.
  • Der deutsche Künstlerroman (1922) : thèse de doctorat étudiant les relations entre l’art et la société
  • Hegels Ontologie und die Theorie der Geschichtlichkeit (1932) : travail sous la direction de Martin Heidegger.
  • Fondements du matérialisme historique (1932)
  • Concept de travail (1933)
  • Der Kampf gegen den Liberalismus in der totalitären Staatsauffassung (1934)
  • Autorität und Familie in der deutschen Soziologie bis 1933 (1936)
  • Reason and Revolution (1941) : ouvrage tentant d’expliquer le fascisme à partir de l’évolution du capitalisme, et prenant appui sur le concept weberien de rationalisation de la société
  • Eros and Civilization (1955). Trad. fr. 1958 Éros et civilisation : ouvrage engagé pour une société non répressive. De nombreuses formes de travail sont aujourd'hui obsolètes, ce qui crée les conditions de nouveaux modes de liberté.

Dans ces deux livres, Marcuse soutient que la rationalité technologique organise chaque secteur de la société (culture, politique, social, économie) pour qu’ils suivent le principe idéologique essentiel de la productivité matérielle. La vie personnelle se replie alors sur des modes de vie uniformes et non contestataires.

Période d'espoir d'un renouveau de la critique sociale devant le succès politique des mouvements étudiants contestant la politique étrangère américaine.

  • Repressive Tolerance (1965)
  • Negations (1968)
  • Das Ende der Utopie (1968) La fin de l'utopie (1968) — Compte-rendu des débats organisés par le Comité des étudiants de l'Université libre de Berlin-ouest du 10 au 13 juillet 1967.
  • Ideen zur einer kritischen Theorie der Gesellschaft (1969) Pour une théorie critique de la société (1971)
  • An Essay on Liberation. Vers la libération (1969)
  • Counterrevolution and Revolt (1972) Trad. fr. Contre-révolution et révolte

Marcuse rejoint à la fin de sa vie une optique pessimiste. L'esthétique est une forme de liberté, ultime refuge contre la soumission de l'homme au système répressif.

  • The Aesthetic Dimension. Trad. fr. La dimension esthétique (1978)
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 18:29
Conversation avec Henri Lefebvre

Patricia Latour et Francis Combes; Ultime conversation avec le philosophe, avant sa mort, en juin 1991. Il aborde l’histoire du socialisme, le marxisme, le surréalisme, les situationistes, la ville, l’utopie. Collection Libres propos

karim.farouk.lakjaa - dans Marxisme Philosophie Ma bibliothèque Livre
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 12:45
Épistémologie et marxisme

10 auteurs reviennent sur les conditions de production du savoir scientifique (épistémologie) et sur la tentative de mettre en œuvre une épistémologie marxiste.

 

Titre(s) : Épistémologie et marxisme [Texte imprimé] / [par Jacques Monod, Maurice Caveing, Francis Halbwachs, Jacques Roger, etc.]

Publication : Paris : Union générale d'éditions, 1972
Description matérielle : 319 p. : couv. ill. ; 18 cm
Collection : 10-18 ; 666
Lien à la collection : 10-18
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 10:59

La Conception matérialiste de la question juive est un ouvrage d'Abraham Léon.

C'est un ensemble de notes écrites entre 1940 et 1944.

C'est une analyse marxiste de l'histoire du judaïsme et du sionisme. Il fait un lien entre la situation socio-économique des Juifs au long de leur histoire, et une critique vigoureuse du sionisme.

Il a une approche matérialiste du fait religieux, et refuse de considérer le judaïsme comme autre chose que l'expression de la position économique des Juifs dans le système de production précapitaliste puis capitaliste.

Son analyse historique des persécutions antisémites et du sionisme, fait encore autorité auprès des marxistes.

Abraham Léon émigre rapidement vers la Belgique. D'abord militant de l'organisation sioniste de gauche Hachomer Hatzaïr, il devient le dirigeant de la branche belge de ce mouvement. Il rompt avec celle-ci en raison de son soutien aux procès de Moscou et devient trotskiste au début de la Seconde Guerre mondiale.

Avec Ernest Mandel, Abraham Léon est l'un des principaux cadres qui reconstruisent alors la section belge de la Quatrième Internationale, décapitée par l'arrestation de son principal  diriegant. Il est ensuite l'un des principaux protagonistes de la remise en place du Secrétariat européen trotskiste. Abraham Léon est notamment le rédacteur des thèses intitulées Les tâches de la IVe Internationale en Europe.

En juin 1944, Léon est arrêté par la Feldgendarmerie à Charleroi. Tombé malade, il ne reviendra pas d'Auschwitz.

Nous présentons ici le livre publié par les éditions Etudes et documentations internationales (EDI) marxistes, préfacée par le Maxime Rodinson chercheur marxiste spécialiste du monde arabe. Cette édition est complétée par des textes d'Isaac Deutscher et Léon Trotsky.

Nous devons souligner que des officines d'extrême droite se sont emparées de cet ouvrage pour faire de l'argent. Le livre est téléchargeable ci-dessous en pdf.

Abraham Léon

Abraham Léon

Le livre en PDF

3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 13:01
Lutte des classes et mondialisation : le XXe siècle s'achève

S'appuyant sur une masse considérable de faits et de documents accessibles à tous, confrontant ces matériaux aux ouvrages fondamentaux de la théorie marxiste, Daniel Gluckstein se propose de prouver que ce qu'on appelle "mondialisation" n'est que l'expression de la lutte des classes en régime capitaliste : lutte de la classe capitaliste pour abaisser constamment la valeur de la force de travail (le "coût du travail", comme il est convenu de dire aujourd'hui) ; lutte de la classe ouvrière pour se préserver, comme classe, de cette politique de destruction. Il ne s'agit ni d'un livre "sur l'économie", ni d'une thèse académique, mais d'une contribution théorique et politique au combat pour l'émancipation ouvrière.

Une contribution, donc, à l'organisation ouvrière indépendante qui est la condition de l'émancipation. Comme il le dit lui-même, cet ouvrage n'engage que son auteur. Il s'inscrit cependant dans une continuité : celle du courant marxiste dans le mouvement ouvrier, courant marxiste dont la IVe Internationale incarne aujourd'hui la permanence. Place à la discussion !